Géologie

Le territoire monteranais s’insère dans le cadre géologique de la région plus vaste des Monts de la Tolfa, dont elle garde des aspects représentatifs.
Sur les sédiments calcaires qui forment la “base” de la série géologique locale et qui n’apparaissent pas dans le territoire monteranais, se superposent les célèbres “Flysch Tolfetains”, une série de roches constituée de couches étagées de marne (roches a mi-chemin entre le calcaire er l’argile), d’argilites (argiles transformées en roche), de grès (sables transformés en roche) et de calcaires. Ces derniers, nés entre le Crétacé et le Paléogène (il y a donc entre 90 et 60 millions d’années) dans les limites de l’ancien Océan Thétis, ont été ensuite  transportés très loin du lieu de sédimentation, comme le démontre l’état de “perturbation” considérable des couches rocheuses (horizontales à l’origine, aujourd’hui, intensément pliées et fracturées). Ces roches, d’origine marine, sont courantes dans le secteur septentrional et occidental de la Réserve Naturelle (zones de la Bandita, du Mont Augiano et du Mont Ciriano.
Les sédiments, d’origine marine eux aussi, remontent à la période Plio-Pléistocénique (entre 5 et 1 million d’années). Ils sont constitués d’argiles et d’argiles sablonneuses présentant fréquemment des lentilles et des cristaux isolés de gypse, courantes dans certaines zones limitées de la Réserve (zone de Poggio li Cioccati et de Frassineta.
Dans la zone orientale de l’aire protégée, les roches marines décrites ci-dessus sont couvertes de couches volcaniques produites par l’ancien appareil éruptif sabatin (zone de Bracciano). Parmi elles, ce que l’on appelle les “péperins bordés”, qui apparaissent le long de la vallée du fleuve Mignone, du Fossé de la Palombara et de la vallée de la petite rivière Bicione et qui se sont formés au cours d’ éruptions il y a environ 700.000 ans. On y trouve aussi les tufs (Tuf de Bracciano et Tuf Rouge à laitiers noirs, visibles dans la zone de la Greppa dei Falchi (“Escarpement aux Faucons), et les coulées de lave, comme celles que l’on peut voir près du Casale de la Palombara. Ces différentes roches ont donné lieu à des formes distinctes de paysage: ondulations collinaires avec vallées fluviales larges et versants en pente douce où sont présentes des roches sédimentaires, des vallées étroites aux parois verticales où apparaissent des tufs et des péperins. Nombreuses sont les aires concernées par des minéralisations (objet de recherches minières de soufre et de manganèse dans le passé) ainsi que les émissions d’eaux minéralisées.

Ultimo aggiornamento: 3.09.2009 (16:47)   Stampa Stampa